Les Hebdos sur la Toile

Tenue de Rigueur...

  • noter cet article

vendredi 4 avril 2008, par veille


On retiendra cette semaine la réponse faite par l’économiste Elie Cohen sur le site du Nouvel Observateur (http://tempsreel.nouvelobs.com/)

Si « Certaines augmentations sont indépendantes de la gestion de l’Etat. Je pense notamment à la flambée du prix du baril et, par conséquent, au coût de l’essence. Ceci n’est pas la faute du gouvernement. L’envolée du prix des matières premières ne relève pas de sa responsabilité non plus. »….. en revanche, « L’Etat n’a pas le courage de dire aux Français qu’ils ne paient pas le coût exact de ce que valent réellement les dépenses de santé. Le gouvernement a peur de dire aux Français qu’il faudrait se serrer la ceinture. »

L’Express ( http://www.lexpress.fr/info/quotidien/ ) sous le titre « Rigueur ? » reprend un article paru dans le Monde relatif au Conseil de Modernisation des Politiques Publiques … Selon le quotidien « la structure générale de l’Etat devrait être réorganisée, avec notamment un regroupement au niveau régional d’une partie des services déconcentrés au niveau des départements (équipement, travail, agriculture) »….

Le Point ( http://www.lepoint.fr/actualites-politique/ ) se penche au chevet du plan d’économie du gouvernement de 5 milliards d’euros et cite le président de l‘Assemblée Nationale, Bernard Accoyer, évoquant la crise financière mondiale : « Lorsqu’il y a la conjoncture mondiale que l’on connaît, on ne peut pas dire une fois de plus la France est dans une bulle de verre."


Challenges ( http://www.challenges.fr/actualites/business/ ) a choisi d’aborder la question sous l’angle du patronat français en notant que Le Medef a prôné mercredi 2 avril une baisse annuelle des dépenses publiques équivalente à 20 milliards d’euros, grâce à la revue générale des politiques publiques, pour "stopper l’effet de dérive" de ces dépenses. On lira attentivement les propos de Pierre Nanterme, président de la commission économie du Medef : "Ceux qui ont réussi ont mené des réformes qui ont duré 10 ans", a-t-il affirmé, prenant l’exemple du "travail considérable" fait par l’Allemagne pour "baisser son déficit public", du positionnement clair de la Finlande sur les nouvelles technologies et de la "stratégie gagnante" de l’Espagne qui a modernisé son marché du travail.

Marianne ( http://www.marianne2.fr/ ) titre sous la plume De Régis Soubrouillard  :« Le Revenu de Solidarité Active aux oubliettes de la rigueur  » "Pas encore enterré, le Revenu de solidarité active (RSA) est largement remis en cause. Jugé trop coûteux par le premier ministre, il pourrait bien faire l’objet d’un sérieux toilettage et d’un report d’application à une date très ultérieure."

Sur le site Rue 89 (http://www.rue89.com/ ) Julien Martin commente ainsi le dilemme des politiques :« Comment contenir les déficits publics grandissants, sans aggraver le ralentissement de la croissance ? Telle est la difficile équation à laquelle est confronté François Fillon. Une équation qui confine à la quadrature du cercle au vu des derniers chiffres pour 2008 : la prévision de déficit public a été relevée à 2,8% du PIB et le taux de croissance a été révisé à la baisse entre 1,7 et 2%. »

E.T.