Atmosphère, atmosphère...

Un Nobel explosif

  • noter cet article

dimanche 13 avril 2008, par veille


Mario Molina, lauréat du prix Nobel de chimie, et l’un des premiers à avoir tiré la sonnette d’alarme sur le trou dans la couche d’ozone, a lancé samedi 5 avril une mise en garde, estimant qu’un réchauffement de la Terre dépassant 2,5°C aurait des "conséquences presque irréversibles".

"Bien avant qu’on n’ait plus de pétrole, on n’aura plus d’atmosphère Il y a un changement et il ne fait aucun doute qu’il résulte des activités humaines", a déclaré ce chercheur mexicain qui a partagé un prix Nobel en 1995 pour des travaux sur les gaz CFC.

Certes, il va de soi que ce type de déclaration ne va pas freiner la consommation d’anxiolytiques…En revanche il pouvait être intéressant de passer en revue quelques uns des acteurs de cette chronique de l’apocalypse annoncée : les Organisations non gouvernementales, les Agences, les ministères, les associations, mais aussi les entreprises , celles qui se positionnent dans ce créneau environnemental ou celles qui choisissent les solutions alternatives pour leur fonctionnement propre...

Aux questions sur le Solaire, l’hydraulique, l’éolien, la géothermie, la biomasse, [1], le web répond par l’ information, l’explication, le débat, et la pédagogie.

GreenPeace constate que « le développement des énergies renouvelables dans les autres pays a démarré par des programmes forts de soutien de la part des gouvernements qui permettent aux marchés de se développer. La montée en puissance rapide des énergies renouvelables en France ne sera possible que dans le cadre d’une volonté politique forte, associant décisions réglementaires, soutiens publics et fiscalité appropriés. » http://www.greenpeace.org/france/

Dans le cadre des débats récents sur les orientations énergétiques, le WWF-France s’est intéressé de près" à la seule voie qui lui semble soutenable pour l’avenir : la démarche Négawatt. Cette approche nouvelle plébiscitée par de nombreux experts de l’énergie consiste à mettre tous nos efforts sur : la sobriété énergétique dans nos consommations (supprimer les gaspillages absurdes et coûteux), l’efficacité énergétique, (réduire le plus possible les pertes par rapport à la ressource utilisée), le développement massif des énergies renouvelables (solaire, hydraulique, éolien, biomasse)". (Biomasse Masse totale de la matière vivante à un moment donné dans une zone géographique précise.) (http://www.wwf.fr/)

Le Ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement Durables, et en particulier la Direction Générale de l’Énergie et des Matières Premières présente une rubrique « Nouveautés » où l’on trouve une mine de renseignements sur les énergies renouvelables, la prospective énergétique, le scénario énergétique de référence à caractère tendanciel à l’horizon 2030 pour la France (Document présentant la synthèse des résultats et des hypothèses permettant de comprendre les caractéristiques et les principaux déterminants de la situation énergétique française aux horizons 2020-2030 ) les économies d’énergie, l’échange d’electricité les statistiques énergétiques ( http://www.industrie.gouv.fr/energie/sommaire.htm )

Pour être complètement informé sur les énergies renouvelables , l’ Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) propose un tour d’horizon des moyens de production de chaleur, d’électricité et de développement des bioproduits. On retiendra la mention des technologies marines ; « au stade du développement, leur potentiel reste à évaluer et la maîtrise technologique n’a été abordée que dans les quelques pays qui recèlent une ressource élevée comme le Royaume Uni, la Norvège ou le Portugal. . Les sources exploitables aujourd’hui sont les courants marins, les marées, la houle et les vagues". (http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=12901 )

Quant à l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), elle vient de publier un rapport sur "les impacts sanitaires du bruit généré par les éoliennes" le 31 mars 2008. Cette étude recommande de ne pas définir une distance d’installation unique entre les parcs éoliens et les habitations, mais plutôt de modéliser au cas par cas l’impact acoustique du projet . http://www.afsse.fr/


Qu’elles vendent l’energie ou qu’elles l’utilisent, les entreprises ont très vite intégré les adjectifs magiques : renouvelable, durable, etc...

E.D.F. Energie Nouvelle ( http://www.edf-energies-nouvelles.com/ ) dans une communication aujourd’hui classique, rappelle que " Le développement durable vise un équilibre entre croissance économique, respect de l’environnement et principe d’équité sociale. Le but est de permettre à long terme de disposer d’énergie en quantité suffisante, à des coûts compétitifs mais aussi en offrir l’accès à tous, sans risque de pénurie, sans menaces pour la santé, en préservant les ressources naturelles et l’environnement".

La Française d’Eolienne http://www.francaisedeoliennes.com/fr/accueil.htm pour sa part a choisi l’option d’un portail plus didactique. On y souligne dans un encadré, "qu’afin de favoriser le développement de l’énergie éolienne, la loi d’orientation énergétique a créé les Zones de Développement Eolien. Les parcs éoliens implantés dans ces zones bénéficient de l’obligation de rachat de l’électricité : EDF et les autres distributeurs sont tenus d’acheter l’électricité produite par ces parcs au tarif défini par la loi ".

La Banque Dexia devient la première banque à engager une politique de neutralité carbone grâce à l’acquisition d’un parc éolien Le plan stratégique de développement durable de Dexia doit rapidement amener le groupe à la neutralité carbone. Le groupe Dexia construit son propre parc éolien d’une puissance installée de 20 MW en Basse Normandie http://www.dexia.com/

Air Liquide http://www.france.airliquide.com/ a recemment annoncé "qu’il venait de réaliser une première mondiale à Luleå, en Suède. Le Groupe a en effet développé, construit et testé un équipement-pilote permettant de séparer le CO2 des gaz de hauts fourneaux tout en valorisant les gaz résiduaires.réduire la consommation de carbone et donc les émissions de CO2 qui en résultent, et d’autre part, à obtenir du CO2 suffisamment pur pour être stocké dans le sous-sol"

Ce tour de table virtuel non exhaustif ne serait pas complet sans mentionner le groupe Cogiterra qui gère les sites actu-environnement.com l’actualité professionnelle du secteur de l’Environnement et emploi-environnement.com , l’Association Intelligence Verte http://www.intelligenceverte.org/Index.asp, et le site pédagogique http://www.fnh.org/ Pour tous ceux qui ont en mémoire ce superbe clair de terre du 20 juillet 1969 et ces quelques mots : un petit pas pour l’Homme...

Vous connaissez la suite.

E.T.