Prévention des risques majeurs

L’Echelle de Monsieur Richter

  • noter cet article

lundi 26 mai 2008, par veille

Les récentes tragédies de Chine et de Birmanie, ont à nouveau placé les risques majeurs sous les feux de l’actualité. Séismes, tempêtes, éruptions volcaniques semblaient, jusqu’à quelques années, être l’apanage d’autres continents…


Le journalistes nous expliquaient que le séisme avait une amplitude de « X » sur l’échelle de Richter ou de Mercali… [1]  [2] Les images frappaient davantage l’imagination que les magnitudes. Mais le rythme de l’information est ainsi fait que le prompteur de l’actualité passe sans transition du Tchad au pouvoir d’achat, de l’Irak à la Champion’s League… Et puis il y eut les deux tempêtes de 1999, qui secouèrent un hexagone qui tel un pays « caste », se pensait protégé. Et si nous n’étions pas des « intouchables » à l’abri des catastrophes naturelles. Et si tout simplement nous observions notre géographie en faisant un effort de mémoire…et le mot parait faible. Qui se souvient de Lambesc 1909 ? … Il y aura bientôt un siècle.

Lambesc 1909.…La Faille en Provence

Le séisme de Rognes - Lambesc de 1909 est le plus important survenu en France depuis 1900. L’intensité maximale estimée de ce séisme était de IX sur l’échelle MSK ce qui correspond à des dommages généralisés aux constructions et sa magnitude était de 6.2 sur l’échelle de Richter.

Une étude a été menée sous la direction du ministère de l’environnement en 1982. Cette étude consistait à effectuer une simulation d’impact en 1982 d’un séisme équivalent à celui de 1909 qui aurait eu lieu au même endroit mais avec le plan d’occupation des sols de 1982. Elle visait à déterminer toutes les conséquences de cette catastrophe virtuelle, aussi bien sur le plan humain que sur le plan matériel et économique.

Un séisme d’une telle ampleur ce produit en moyenne une fois par siècle en France ce qui justifie cette simulation. Cette région groupait une superficie de 700 km², 22 communes et 100 000 habitants en 1982.

http://eost.u-strasbg.fr/pedago/fiche2/lambesc82.html

Prime de risque

Le Ministère de l’Écologie propose sur son portail « prim.net » très documenté toute une série exhaustive de liens correspondant à chaque type de risque. Ces derniers étant au préalable définis sur la page d’accueil.

« Les différents types de risques auxquels chacun de nous peut être exposé sont regroupés en 5 grandes familles :


- les risques naturels : avalanche, feu de forêt, inondation, mouvement de terrain, cyclone, tempête, séisme et éruption volcanique ;

- les risques technologiques : d’origine anthropique, ils regroupent les risques industriel, nucléaire, biologique, rupture de barrage...

- les risques de transports collectifs (personnes, matières dangereuses) sont des risques technologiques. On en fait cependant un cas particulier car les enjeux (voir plus bas) varient en fonction de l’endroit où se développe l’accident ;

- les risques de la vie quotidienne (accidents domestiques, accidents de la route...) ;

- les risques liés aux conflits.

Seules les trois premières catégories font partie de ce qu’on appelle le risque majeur.

Deux critères caractérisent le risque majeur :

- une faible fréquence : l’homme et la société peuvent être d’autant plus enclins à l’ignorer que les catastrophes sont peu fréquentes ;

- une énorme gravité : nombreuses victimes, dommages importants aux biens et à l’environnement.

Les risques liés aux conflits sont apparentés aux risques majeurs : en effet, dans notre société développée, ils sont caractérisés par ces deux critères. Un événement potentiellement dangereux ALÉA n’est un risque majeur que s’il s’applique à une zone où des enjeux humains, économiques ou environnementaux sont en présence. »

http://www.prim.net/

L’INERIS …. Pour ne plus mettre les Majeurs à l’Index

Créé en 1990, l’INERIS (Institut National de l’EnviRonnement industriel et des rISques) est un Établissement Public à caractère Industriel et Commercial placé sous la tutelle du ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de l’Aménagement du territoire (MEEDDAT). Sa Mission Réaliser ou faire réaliser des études et des recherches permettant de prévenir les risques que les activités économiques font peser sur la santé, la sécurité des personnes et des biens ainsi que sur l’environnement, et de fournir toute prestation destinée à faciliter l’adaptation des entreprises à cet objectif.

http://www.ineris.fr/

D O M - T O M….dans l’œil du cyclone ?

L’association Objectif Prévention Martinique créée le 30 mai 2006 a pour but d’informer, de sensibiliser et de former la population sur les thèmes suivants : •La sécurité routière •Les risques majeurs ou naturels (Séisme, cyclone, inondation, etc...) •Les accidents domestiques Un certain nombre d’évènements se sont produits dans le monde et sur le plan local et ont suscité une grande inquiétude chez la population, il s’agit notamment : • Du tremblement de terre survenu en Guadeloupe le 21 Novembre 2004, • De séisme et le tsunami du 26 décembre 2004 qui a frappé l’Indonésie, • Du désastre du passage du cyclone Katrina en Floride le 29 août 2005, Et sur le plan local : • Effondrement d’un tout un quartier le Lotissement Soleil Levant au François, • Noyades successives d’enfants, • Nombre de jeunes tués sur les routes.

http://www.opm-prevention.com/

Des Colosses…

Toutes les grandes entreprises dont l’activité (Énergie, Chimie, etc.) pourrait avoir des effets néfastes en cas de catastrophes communiquent sur leurs initiatives en matière de gestion du risque : c’est le cas de Total ,E d F, Aéroports de Paris … Voici ce que l’on peut lire sur le site d’un leader mondial de l’industrie pharmaceutique : Sanofi - Aventis

L’utilisation de produits dangereux étant nécessaire (solvants, inflammables, poussières à potentiel explosif…). Il est par conséquent indispensable de prévenir la survenue d’accidents majeurs (incendie, explosion…).

Qu’est ce que le risque ?

Le risque découle de l’exposition à un danger. Les dangers, propriétés intrinsèques d’un objet, d’une substance, ou d’une situation physique de nature à entraîner des dommages pour la santé humaine et/ou l’environnement, n’induisent pas nécessairement le risque si l’exposition peut être supprimée ou maîtrisée. Ainsi, un phénomène naturel ou technologique n’est un risque que s’il s’applique à une zone où des enjeux humains, économiques ou environnementaux y sont exposés.

Le risque est immatériel, il correspond à l’éventualité de survenue d’un événement redouté, d’une certaine gravité. Par exemple, un séisme en plein désert n’est pas un risque pour l’Homme, à San Francisco il devient un risque majeur. Le Risque résulte donc de la confrontation d’une probabilité d’événement et d’un ou plusieurs enjeux :
- probabilité : c’est la possibilité pour qu’un événement survienne et puisse affecter le système étudié (naturel ou technologique) ;

- enjeux : ce sont les personnes, les équipements, l’environnement menacés par un danger et susceptibles d’en subir les dommages ou les préjudices.

La socièté permet d’acceder au site INER, au portail d’information de la PRIM, au site Cartorisque.

Sanofi-aventis et la gestion du risque La prévention des risques majeurs consiste d’abord à conduire les évaluations des risques de nos procédés dès le stade de la recherche fondamentale ; c’est ensuite prendre en compte les méthodes de prévention des risques majeurs dans toutes les situations, procédés et projets, par tous les établissements dans leur fonctionnement ; et enfin, à chaque changement d’échelle de production ou d’équipement, c’est réévaluer systématiquement les risques.

http://developpementdurable.sanofi-aventis.com/social/securite-sante/prev-gest-risq_etat.asp

….Aux pieds d’argile

On ne peut, cependant, s’empêcher de s’inquiéter lorsqu’on examine le document suivant publié par la Drire sur le dépôt de carburant situé dans la zone de l ‘Aéroport d’Orly www.drire.gouv.fr/.../clic/Essonnes/SMCA/13%2012%2007/2007-12-13%20presentation-smca-exploitant.ppt

ou ce communiqué émanant de la Mairie D’Athis Mons (Essonne)

« Un dépôt de carburant pour avions appartenant à la société SMCA, est implanté sur le domaine de l’aéroport d’Orly, avenue Henri Dunant. Il est classé SEVESO2, selon une norme européenne visant à prévenir les risques industriels. Les pouvoirs publics ont donc pris des dispositions pour garantir la sécurité du site. En cas d’alerte dépassant les limites de l’entreprise, un plan particulier d’intervention serait mis en œuvre par la préfecture de l’Essonne en lien avec la Ville d’Athis-Mons. Cette dernière devrait alors informer les habitants et procéder à la mise en place d’un périmètre de sécurité. Le 24 octobre 2006, un exercice de simulation a permis de préparer les différents intervenants à la gestion d’un risque industriel. »

http://www.mairie-athis-mons.fr/?ctn=seveso&p=_cadre-de-vie/prevention-des-risques

Un pitch pour Steven Spielberg

« Le Réseau "Sortir du nucléaire" publie en juillet 2007 un journal d’information grand public pour faire face à la désinformation sur le projet ITER, le réacteur expérimental qui nous promet le soleil ! 12 pages pour comprendre la fusion, les fausses promesses d’ITER, et les enjeux régionaux, nationaux et internationaux de ce projet pharaonique. L’IRSN (Institut de radioprotection et de Sûreté Nucléaire, composante de l’Autorité de sûreté nucléaire) a réalisé un important dossier sur la faille de la Durance , sur laquelle se trouve le site de Cadarache , et écrit : « La faille de la Moyenne Durance s’étend sur 70 kilomètres , entre les villes de Peyruis (au nord) et Saint-Paul-lez-Durance (au sud), en passant par Manosque. Cette faille a été choisie comme site d’étude par l’IRSN pour deux raisons :
- elle a généré plusieurs séismes destructeurs au cours des cinq cents dernières années ;
- elle constitue de plus le seul accident, en France, pour lequel trois « fenêtres » de temps montrent une sismicité non négligeable » Une réédition du séisme de Lambesc (1909) aurait des conséquences dramatiques démultipliées par la présence des nombreuses (et fragiles) installations nucléaires situées à Cadarache.

* Les réacteurs français ont été conçus pour résister à un séisme de degré 7 - 7,5 sur l’échelle MSK. L’échelle MSK (Medvedev, Sponheuer, et Karmik) qui caractérise le séisme par ses efforts au niveau du sol (différente de l’échelle de Richter dont les degrés caractérisent l’énergie mise en jeu) comporte un niveau maximum de 12° (une différence de un degré correspond à un doublement de l’intensité). »

http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer&sousmenu=themas&soussousmenu=cadarache&page=cadarache2

L’outil pédagogique : un tableau noir pour nos enfants ?

Nombreux sont les sites éducatifs qui sont dédiés aux risques majeurs. Ce travail de fond est plus que louable car s’il s’inscrit dans la durée, il parviendra à sensibiliser davantage les jeunes générations.

Association Éducation à l’Environnement pour un Développement Durable

Mission : Constituer et animer un pôle fédérateur pour tous les acteurs impliqués dans l’éducation sur la prévention des risques majeurs ; mettre en oeuvre des stratégies permettant de favoriser une conscience du risque au sein de la population.

Objectifs : Concevoir et réaliser des projets pédagogiques dans le domaine de la prévention des risques majeurs naturels et technologiques Innover dans ce domaine en s’appuyant sur les nouvelles technologies de la communication et de l’information, Diffuser une information préventive et citoyenne,

http://www.prevention2000.org/cat_nat/index.htm

Le projet « sismo » de écoles Un travail impressionnant réalisé par des Lycéens et des collégiens….à découvrir

http://risquesmajeurstarf.free.fr/sismique_projet.htm

Cet article représentant, par son aspect anxiogène, un risque pour le moral du ou des lecteurs, il est préférable qu’il s‘achève ici….

E.T.