Accueil » Centre de ressources » Veille » Veille sur les facteurs d’environnement » La voiture électrique : ça commence (enfin !!) à (...)

La voiture électrique : ça commence (enfin !!) à bouger

Le salon de Détroit à l’heure de l’hybride et de l’électrique, mais ça bouge aussi chez PSA et chez Bolloré

  • noter cet article

samedi 7 mars 2009, par Jean-Claude Cohen


La voiture électrique, star du salon de Detroit

Ford et General Motors n’ont pas d’autre choix : ils transforment leurs gammes pour aller vers des véhicules électriques ou hybrides moins avides de pétrole. Un long chemin

(d’après l’Expansion.com)

Chargement d'une voiture électrique à Détroit au début du siècleLe chargement d’une voiture électrique à Detroit au début du siècle

[...] Le Salon de Détroit 2009 est un salon de crise, la pire à laquelle ont été confrontés les (ex) Big Three ainsi que tous les autres constructeurs mondiaux. Au point que plusieurs constructeurs, comme Nissan, Infiniti, Suzuki et même Porsche, n’ont pas pris la peine de participer au Detroit Motor Show de cette année. Et les présentations des participants y sont beaucoup plus austères qu’auparavant. Car les constructeurs américains ont le sentiment d’y jouer leur dernière carte, n’étant pas assurés d’être encore présents en 2010.

Il s’agit bien sûr d’une crise de la demande, les consommateurs ayant d’autres préoccupations que le renouvellement de leur véhicule dans les marchés matures, aggravée par la raréfaction des crédits. Mais c’est aussi une crise de l’offre, la voiture ne faisant plus rêver car accusée de contribuer au réchauffement climatique, à l’encombrement urbain et jugée trop chère et peu innovante par les jeunes générations.

Or, [...] , ce n’est pas la voiture le problème, mais le pétrole… La voiture continuera à jouer un rôle fonctionnel majeur aux Etats-Unis comme dans les autres pays développés, et attirerera aussi les primo-accédants des pays émergents.

[....]Aussi, tout ce qui peut soigner l’addiction des américains au pétrole est désormais bienvenu.

[....] Et les modèles présentés traduisent une volonté de transformer cette industrie qui est fondamentalement au cœur de la culture nord-américaine et qui a façonné ses paysages. Ford, en moins mauvaise santé que ses deux concurrents, attaque résolument la transformation de sa gamme. La Ford Fusion, hybride promise déjà pour 2010, n’est que la partie visible de l’iceberg. Bill Ford lui-même annonce que le véhicule électrique n’est pas un simple programme, mais le cœur du business plan de la marque, « green et high-tech », visant un marché de volume à prix abordable. Ce ne sont pas moins de quatre véhicules qui sont annoncés pour les quatre prochaines années.

Ford proposera sur le marché américain aussi bien des hybrides que des véhicules électriques « plug-in ». Dès 2010, un véhicule commercial électrique à batteries lithium-ion sera introduit. Une petite voiture sera produite en 2011 en coopération avec Magna International. Enfin, en 2012, de nouveaux véhicules hybrides seront proposés…

GM, en piètre situation économique, figure encore en 2008 au palmarès des entreprises américaines ayant le plus investi en recherche développement. Depuis des années, GM travaille sur l’hydrogène et les véhicules électriques, ayant investi en 1996 un milliard de dollars dans un prototype, la EV-1, louée en petite série en Californie et en Arizona.

GM s’engage en 2009 dans la construction d’une usine de batteries litium-ion aux Etats-Unis, opérationnelle en 2010, et développe ses capacités de recherche.

Sa Chevy Volt, aux lignes tendues et à l’intérieur hi-tech, avec un tableau de bord en cristaux liquides reconfigurable, permettra en 2010 de parcourir sur batteries 65 kilomètres sans essence, avant d’utiliser un petit moteur classique, essence et éthanol, pour recharger ses batteries. Faisant office de générateur, ce moteur permettra une autonomie supplémentaire de près de 500 km.

La Volt n’est pas un véhicule hybride, mais un véhicule électrique n’ayant qu’un système unique de propulsion. Il ne s’agit pas d’un véhicule isolé mais de l’amorce d’une gamme de véhicules que GM appelle « extended-range electric vehicle » (E-REV), équipés du même système de propulsion que la Volt nommé Vortec. GM a ainsi annoncé un modèle de Cadillac, la Cadillac Converj, luxueux coupé, de même qu’un mini-van.

Mais les constructeurs américains ont également compris que cette mutation du marché ne serait ni facile, ni rapide. L’influent Larry Burns, vice-président R&D et planification de GM, appelle à « un partenariat entre le gouvernement fédéral, les constructeurs et équipementiers automobiles et toutes les parties prenantes engagées dans la transformation de l’industrie automobile ». Cet appel à la coopération est un fait nouveau qui traduit bien le désarroi d’une industrie dépassée par l’ampleur de la crise et des ruptures nécessaires pour retrouver le chemin de la croissance.

PSA et Mitsubishi vont lancer une voiture électrique d’ici 2 ans (AFP, Reuters - 02/03/2009 09:27:00 - Reuters)

Le constructeur automobile japonais Mitsubishi Motors a annoncé lundi avoir conclu avec le français PSA Peugeot Citroën un accord de principe pour développer ensemble un véhicule électrique, destiné au marché européen et basé sur le modèle "i MiEV" de Mitsubishi. Ce véhicule sera fabriqué par Mitsubishi Motors et commercialisé sous la marque Peugeot, avec un objectif de lancement à la fin 2010 ou au début 2011.

La MIEV de Mitsubishi Mitsubishi Motors commercialisera parallèlement en Europe son modèle "i MiEV", une voiture électrique rechargeable sur une simple prise secteur, équipée d’une batterie lithium-ion et d’une autonomie d’environ 160 km. L’"i MiEV" doit être lancé au Japon l’été prochain, et en Europe en 2010.

Mitsubishi Motors et PSA Peugeot Citroën sont déjà partenaires dans la fabrication de véhicules tout-terrains et ont lancé en juin la construction d’une usine commune en Russie. Le nouvel accord annoncé lundi "sera mutuellement bénéfique" car il "facilitera et accélérera l’introduction de leurs véhicules électriques sur le marché européen", ont-ils souligné. Selon les médias japonais, un partenariat avec PSA permettra à Mitsubishi Motors de doubler sa production d’"i MiEV" et de réduire ses coûts en conséquence. Le groupe nippon bénéficiera en outre du vaste réseau de distribution du constructeur français en Europe, où plusieurs gouvernements ont récemment annoncé des subventions pour les voitures électriques.

En juin 2008, les deux entreprises avaient engagé une étude de faisabilité sur le développement, la fabrication et l’utilisation d’une chaîne de traction électrique destinée à de petits véhicules urbains. PSA Peugeot Citroën revendique la première place mondiale pour la fabrication de véhicules électriques, avec plus de 10.000 unités vendues.

M. Bolloré déclare à l’envoyée spéciale du Monde : " Nos voitures électriques seront louées 330 euros par mois "

La Blue Car de Bolloré Vincent Bolloré, le patron du groupe du même nom, a annoncé, mercredi 4 mars lors du Salon de l’automobile de Genève, qu’on pouvait désormais réserver la voiture électrique qu’il compte vendre à partir de 2010.

« Nous sommes numéro un mondial des condensateurs et cela fait trente ans que l’on travaille sur le problème de stockage d’électricité. Aujourd’hui, nous avons les usines pour les batteries et nous avons la voiture. [….] "

"Nos deux sites, à Quimper et au Canada, vont entrer en production le 15 juin. Ils produiront des batteries pour 10 000 voitures en 2010, 20 000 en 2011 et 30 000 en 2012. Pour nous, la clé c’est la batterie. On annonce une autonomie de 250 km. Dans nos tests, elle atteint 294 km. Nos voitures seront produites à Turin chez notre partenaire Pininfarina et livrées dix à douze mois après leur commande. Elles seront louées 330 euros par mois. "

Bolloré s’engage dans un accord avec la Bolivie pour exploiter des gisements de lithium

« L’enjeu pour nous est simple : pour chaque batterie, nous allons avoir besoin de 40 kg de lithium (sur un poids total de 300 kg). Or, la Bolivie détient un tiers des réserves mondiales. Je suis persuadé qu’un groupe comme Bolloré peut intéresser les Boliviens. Nous sommes une grande entreprise avec des moyens financiers, mais en même temps nous ne sommes pas une multinationale. Dans ce dossier, nous nous sommes associés avec Eramet pour exploiter les réserves situées dans le Salar d’Uyuni - sud-ouest de la Bolivie - . Si tout se passe bien, cela pourrait déboucher en 2010. Cela dit, nous sommes en face de grands groupes asiatiques qui sont aussi très actifs pour pouvoir exploiter le lithium bolivien. »

Bolloré a choisi la technologie du lithium polymère plutôt que du lithium-ion, privilégiée par nombre de constructeurs… « …Tout simplement à cause des problèmes de surchauffe que cause le lithium-ion dès que l’on dépasse un certain poids de batteries. C’est une très bonne technologie pour les téléphones portables et les ordinateurs. Pas pour les voitures électriques. Avec le polymère, il n’y a pas de surchauffe. C’est la meilleure technologie sur le plan de la sécurité. Autre avantage : cela coûte moins cher à fabriquer. Nous sommes d’ailleurs en relation avec des constructeurs étrangers. »

D’après l’article du Monde du 5 mars