Accueil » Centre de ressources » Veille » Veille sur les facteurs d’environnement » Changement climatique : le ballet Chine, USA et Europe (...)

Changement climatique : le ballet Chine, USA et Europe avant Copenhague

Grandes manoeuvres et engagements flous

  • noter cet article

vendredi 22 mai 2009, par Jean-Claude Cohen


On assiste à de grandes manœuvres en préparation de la conférence de Copenhague de décembre. sur les changements climatiques. Celle-ci propose aux pays développés de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% par rapport au niveau de l’année 1990 d’ici à 11 ans.

La Chine prend position

La Chine a rendu public un exposé de principe sur le changement climatique pour faire connaître sa position avant sa participation à la Conférence de Copenhague en décembre. Actuellement, la Chine est responsable de 18,4% des émissions de CO2 de la planète

Aux Etats-Unis aussi

La législation qui imposera des limites aux Etats-Unis à la pollution responsable de l’effet de serre, avance à la Chambre des représentants, discutée jeudi en commission malgré l’opposition des républicains. La commission de l’énergie et du commerce a approuvé par 33 voix contre 25 le texte sur le changement climatique, après plusieurs tentatives républicaines de bloquer ou de tuer le projet de loi. Le texte requiert une réduction des émissions de CO2 et d’autres polluants des usines, des raffineries et de centrales électriques de près de 80% d’ici 2050.

Quid de la France ?

A cinq jours de la réunion préparatoire du Forum des économies majeures sur l’énergie et le climat qui aura lieu en juillet prochain en Italie en présence des 17 pays les plus pollueurs de la planète, Jean-Louis Borloo et Bernard Kouchner ont présenté mercredi 20 mai la stratégie de la France qui passe notamment par un projet de partenariat entre Europe, Afrique et Pacifique.

Dans ce contexte, des pays en développement dont le Maroc seront invités, les semaines à venir, à un marathon dense et décisif pour cautionner un traité censé définir les modes d’accès à des technologies nouvelles, et à une nouvelle économie que le changement climatique semble avoir déjà généré.

Un accord secret USA-Chine

Des discussions ont eu lieu entre Américains et chinois sur le changement climatique. On relève « une certaine volonté » de faire changer les choses de la part des deux plus importants émetteurs de dioxyde de carbone (environ 22,2% du total pour les Etats-Unis, 18,4% pour la Chine), mais le contenu reste cependant flou, et les engagements restent à venir.

Les relations Chine-UE

Parallèlement, la Chine et l’Union européenne (UE) ont tenu, à Prague, un sommet visant approfondir leur coopération dans les affaires internationales face aux crises financière et économique globales et au changement climatique. La crise financière globale qui a saboté l’économie mondiale a constitué le sujet principal lors du sommet, mais s’agissant du changement climatique, la Chine s’est déclarée « prête à travailler » avec l’UE sur la base du principe des "responsabilités différenciées d’un but commun" vers des résultats positifs lors de la conférence de Copenhague.

Tout indique que les grandes puissances prennent position, nouent des alliances. Une sorte de jeu de go dont l’enjeu est le devenir de la planète, mais les engagements restent, pour certains, encore flous.