Accueil » Centre de ressources » Articles archivés » Les imprimantes 3D sont là - mais l’usine à la maison, ça (...)

Les imprimantes 3D sont là - mais l’usine à la maison, ça n’est pas encore pour demain

  • noter cet article

vendredi 23 novembre 2012, par Jean-Claude Cohen


Deloitte prévoit que l’impression 3D deviendra dès 2012 un segment viable sur plusieurs marchés, tels que l’outillage électrique (22 milliards US$ de CA mondial), avec une progression de plus de 100% par rapport à 2011. Les imprimantes 3D devraient également s’imposer sur le marché du « do it yourself », le bricolage, et surtout les pièces de rechange pour l’électroménager ou l’automobile. Enfin le secteur biomédical (prothèses, lunettes, etc..) constitueront vraisemblablement des marchés privilégiés pour cette nouvelle technologie..

Mais ceux qui espèrent disposer de leur « usine à la maison » en achetant un « réplicateur » à la maison, d’une usine ceux qui s’attendent à un « réplicateur » pour une utilisation à la maison vont être déçus.

La technologie actuelle a des limites : les produits fabriqués à base de résine synthétique, déposée par couches successives pour reconstituer l’objet dans ses moindres détails, sont moins solides et ont une durée de vie moindre qu’un objet en métal fabriqué industriellement. De plus, sa fabrication à l’unité est plus coûteuse. La technologie permet de « repliquer » des objets en matériaux relativement homogènes, et ne permet pas, dans l’immédiat de reproduire des circuits électroniques sophistiqués. En revanche, la technique est adaptée pour la création de prototypes, ou pour des fabrications à l’unité et en urgence.

Pour autant, on peut faire confiance au marché et aux ingénieurs pour dépasser ces limites ; Si ça n’est pas en 2050, on peut penser qu’en 2100, on pourra, avec des scanners portables, créer des modèles 3D de n’importe quel objet, textile, métallique, en bois, voire même un organe, et les reconstituer en résine ou dans un mix de différents matériaux.

Certes, ça n’est peut-être pas pour demain, mais pour après après demain, et il est grand temps de réfléchir à l’impact de cette technologie, sur l’économie, sur les transports d’objets (livraison s de colis), ou tout simplement sur la propriété intellectuelle ;… Un petit coup de prospective pour rêver…ou pour se faire peur…